Une mystérieuse hécatombe chez les baleines grises


Une baleine grise échouée, le 6 mai 2019, sur la plage d’Ocean Beach, à San Francisco.

Personne n’ose encore s’avouer soulagé, mais un rêve d’embellie habite désormais les scientifiques américains spécialistes des cétacés. Après une année 2019 catastrophique, qui a vu 215 baleines grises s’échouer sur la côte pacifique, 144 géants des mers ont péri cette année entre le Mexique et l’Alaska.

« Il est possible que nous ayons repris le chemin vers un rythme plus normal », avance Michael Milstein, porte-parole pour la Côte ouest de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), l’organisme fédéral chargé notamment de la santé des mers. Chercheuse associée en biologie marine à l’université de Californie-Davis, Frances Gulland se veut plus prudente. Elle le sait, les chiffres de 2020 demeurent quatre fois plus importants que ceux d’une année normale. « Nous retiendrons notre souffle jusqu’à l’hiver prochain », avoue-t-elle.

La vétérinaire ne manque, il est vrai, pas de coffre. Commissaire nationale chargée des mammifères marins – « nommée par Obama », prend-elle soin de préciser en souriant –, elle observe, du premier rang, toutes les souffrances endurées par nos cousins des mers. Depuis vingt-cinq ans qu’elle se penche sur les baleines, elle a réalisé des dizaines d’autopsies, publié dans les plus grandes revues scientifiques, piloté de nombreux groupes de travail. En 1999-2000, c’est elle qui coordonnait, pour la NOAA, l’enquête sur la précédente grande vague d’échouements, qui avait provoqué la mort de plus de 600 individus en deux ans.

« Nous n’avons jamais vraiment compris ce qui s’était passé, avoue Frances Gulland. Beaucoup d’animaux morts étaient émaciés sans que nous ayons pu déceler de maladies particulières. Nous avons donc pensé que cela pouvait être lié à une vague de chaleur et à la perturbation du régime alimentaire des baleines dans l’Arctique, là où elles accumulent leurs réserves. En même temps, 25 % des morts faisaient suite à des collisions avec des bateaux ou à des enchevêtrements dans des filets ou des mouillages. Et puis, par la suite, il y avait eu d’autres années chaudes, sans hausse particulière de la mortalité… Donc beaucoup d’hypothèses, peu de réponses. Et nous revoilà vingt ans après, mieux formés, mieux équipés, mais nous n’avons toujours pas l’arme du crime. Juste de forts soupçons. »

Un précédent au XIXe siècle

Pour comprendre la nature de l’enquête en cours, il importe déjà de bien cerner la victime. Avec un poids de 20 à 30 tonnes, une taille de quelque 15 mètres, la baleine grise reste loin des mensurations de l’immense baleine bleue (jusqu’à 30 mètres et 170 tonnes). Mais, en termes de migration, elle distancie toutes les créatures marines connues.

Il vous reste 82.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: