Un robot aux doigts mous qui ne stresse pas les animaux


Le bras robotisé aux doigts mous manipulant une méduse.
Le bras robotisé aux doigts mous manipulant une méduse. Anand Varma

Les méduses Aurelia aurita sont des organismes fragiles qu’il faut manipuler avec précaution pour les étudier. Une équipe américaine de l’université Harvard a développé depuis plusieurs années des pinces à six doigts mous, a priori plus délicates que les appareils traditionnels. Les extrémités se tordent par l’envoi d’air pulsé ou aspiré, et assurent ainsi la préhension.

Le dernier travail de ces chercheurs, paru dans Current Biology le 24 février, confirme que cette technique stresse moins les animaux, après l’analyse de leur expression génétique sous diverses conditions. Trois méduses, pendant une minute, ont été successivement laissées tranquilles (stress minimal), pincées par les doigts mous, saisies par des robots durs et enfin, secouées par ces mêmes robots (stress maximal). Résultat : la « pieuvre » aux doigts mous stresse deux fois moins que les pinces dures. Les auteurs ont constaté que les gènes exprimés sont notamment impliqués dans les processus de réparation cellulaire. Ils pensent utiliser leur robot pour l’étude d’autres organismes marins.

Contribuer



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: