« Si la couverture vaccinale est insuffisante, une reprise épidémique est à craindre dès l’automne »


Une femme reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech, dans un centre de vaccination, à Garlan (Finistère), le 2 mars.

Devant une épidémie de Covid-19 non contrôlée faute de mesures suffisamment efficaces, la France fait face depuis mi-décembre 2020 à une longue période dite « stable » – caractérisée en réalité par une morbidité et une mortalité intolérables –, avant de subir un nouveau rebond épidémique dans plusieurs régions que seule la méthode Coué permet d’imaginer qu’il ne s’étendra pas.

L’arrivée des variants « anglais », « sud-africain », « brésilien » du SARS-Cov-2 accélère le rythme de l’épidémie. Plus qu’une nouvelle vague, nous faisons face à une marée montante sur une mer déjà haute. Le nombre de malades en réanimation s’élève, plus lentement que lors des deux premières vagues, mais inexorablement. Environ 60 % de la capacité habituelle en lits de réanimation est déjà occupée par des malades du Covid-19 et le reste des lits ne suffit plus pour prendre en charge les autres pathologies.

Déprogrammations hospitalières

Il aurait été plus raisonnable de faire comme l’Allemagne ou le Danemark, qui ont réagi fortement à l’arrivée des variants. Même si, chez eux, le nombre de cas a tendance à remonter de nouveau, cette hausse modérée survient alors qu’il a été divisé par trois depuis le début de l’année.

Les hôpitaux de ces pays gardent donc des marges de manœuvre, contrairement à la France, où des déprogrammations hospitalières importantes ont déjà lieu. La situation est d’autant plus préoccupante que seulement 2,7 millions de Français (4 %) ont reçu au moins une dose de vaccin, et moins de la moitié d’entre eux, deux doses.

Lire aussi Covid-19 : « Il serait irréaliste de penser que nous allons en finir avec ce virus d’ici la fin de l’année », dit l’OMS

A n’en pas douter, mars et avril seront très éprouvants, mais qu’adviendra-t-il après ? On peut espérer que la campagne de vaccination s’intensifiera avec un effet d’autant plus spectaculaire qu’une grande partie de la population sera aussi immunisée du fait de la très forte circulation virale depuis octobre. On peut aussi espérer que l’effet saisonnier participe à la décrue.

La potentialisation de l’effet de la vaccination là où un agent pathogène a circulé activement a déjà été observée dans le cas de la rougeole et de la coqueluche. La période de très faible transmission qui suit la mise en place d’une vaccination de masse est appelée « lune de miel ». Elle n’est cependant pas pérenne puisque, avec le temps, l’effet immunisant lié à la circulation du pathogène s’estompe. Dans le cas du Covid-19, la lune de miel risque d’être brève, car l’immunité ne semble pas suffisamment durable. Si la couverture vaccinale est insuffisante, une reprise épidémique est à craindre dès l’automne prochain.

Il vous reste 44.93% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: