Quatre policiers de Seine-Saint-Denis mis en examen dans une affaire qui menace l’existence de leur unité


La compagnie de sécurisation et d’intervention de Seine-Saint-Denis (CSI 93) doit êtreen partie dissoute par les autorités.

Quatre policiers de la compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) de Seine-Saint-Denis ont été mis en examen, jeudi 2 juillet, pour « faux et usage de faux en écriture » et placés sous contrôle judiciaire, a fait savoir le parquet de Bobigny. Trois d’entre eux ont également été mis en examen pour « violences en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique », a précisé le parquet dans un communiqué.

Conformément aux réquisitions du parquet, les quatre fonctionnaires de police ont été placés sous contrôle judiciaire avec l’obligation de « ne pas se rendre dans les locaux de police du département de Seine-Saint-Denis sauf en tant que plaignant ou mis en cause ». Six policiers, âgés de 30 à 40 ans, avaient été placés en garde à vue lundi dans les locaux de l’inspection générale de la Police nationale (IGPN), surnommée la « police des polices ». Deux ont été remis en liberté mercredi soir, a précisé à l’Agence-France-Presse (AFP) le parquet de Bobigny.

Une vingtaine d’enquêtes préliminaires

En juin 2019, l’IGPN reçoit deux plaintes visant des policiers. Deux jeunes hommes de la cité Cordon, connue comme l’un des principaux points de vente de drogue à Saint-Ouen, se plaignent d’avoir été interpellés de manière illégale, le 30 mai 2019. Ils accusent les agents d’avoir fait croire que l’un d’entre eux détenait un sachet de cannabis. En réalité, ce serait les policiers qui auraient jeté un sac contenant de l’herbe aux pieds du jeune homme. La scène a été filmée, mais le téléphone aurait été détruit par les agents. Les deux jeunes hommes se plaignent également de mauvais traitements, de coups portés pendant l’interpellation. Ils dénoncent enfin des procès-verbaux maquillés.

Sur instruction de la procureure de Bobigny, Fabienne Klein-Donati, la « police des polices » décide de procéder dans le plus grand des secrets à un « balayage » des procédures montées par cet équipage en particulier, et par tous leurs collègues de la CSI 93. Au fur et à mesure qu’avancent les investigations, les faits se précisent. Les agents sont soupçonnés d’avoir racketté des trafiquants de drogue, notamment avec de fausses procédures entamées contre eux. Ils auraient extorqué d’importantes sommes d’argent.

Les investigations menées par l’IGPN durant un an ont permis de mettre au jour un système organisé. En tout, une vingtaine d’enquêtes préliminaires sur des faits potentiellement délictueux ont été ouvertes depuis juin 2019. Certaines ont été classées sans suite, faute de preuves suffisantes. Mais d’autres pourraient aboutir dans les jours à venir, après les interrogatoires menés pendant les gardes à vue. Le service doit être en partie dissous par les autorités.

Pour en savoir plus, lire notre récit : Une compagnie de policiers de Seine-Saint-Denis au cœur d’un scandale

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: