Pourquoi les logements à louer afflux dans les grandes villes


Selon une étude menée par le site Se Loger, le nombre d’annonces de logements à louer a augmenté de 14,9% depuis un an.

Bonne nouvelle pour les locataires, le nombre de logements à louer est beaucoup plus important ces derniers mois. Selon une étude menée par le site SeLoger, le nombre d’annonces de logements à louer a augmenté de 14,9 % depuis un an.

Dans les grandes villes, les chiffres sont impressionnants : 64 % d’annonces en plus à Paris, 52 % à Nice, 39 % à Bordeaux, et 34 % à Rennes et 32 % à Nantes. Chez Junot Immobilier, une agence qui travaille essentiellement dans les beaux quartiers de Paris, les annonces sont passées de trente-cinq par semaine à quatre-vingt dix. Confrontés à l’absence de touristes en raison de la situation sanitaire, il semble que les propriétaires de meublés touristiques se reportent sur le marché de la location meublée longue durée.

« Dans certains cas, les appartements reviennent sur le marché, car la période d’essai du locataire n’a pas été confirmée ou des étudiants ont renoncé à louer car leurs cours vont se dérouler à distance », complète Sébastien Bouvron, responsable de la gestion locative chez Junot Immobilier.

Pour les professionnels de l’immobilier, l’absence de touristes n’est pas la seule explication à cette situation : « Il s’agit d’une tendance qui a commencé l’an dernier et qui est liée au durcissement des conditions de location des meublés touristiques dans les grandes villes, notamment par le biais des plates-formes de type Airbnb », pense Alexis Alban, directeur général adjoint de Lodgis, spécialiste de la location meublée longue durée.

Amendes de 50 000 euros

Rappelons que dans la plupart des grandes villes comme Paris, Lyon, Bordeaux ou Nice, le logement doit rester la résidence principale du propriétaire. Il est donc interdit de louer plus de cent vingt jours par an. Si le logement est loué plus longtemps, cela devient un local commercial et il faut une autorisation spécifique. Des amendes de 50 000 euros peuvent être appliquées au propriétaire qui ne respecterait pas ces règles et les contrôles sont plus fréquents.

La location de plus longue durée, même si elle ne dure que quelques mois dans le cadre d’un bail mobilité, permet de s’affranchir de ces contraintes et le propriétaire peut louer librement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après la vague d’achats immobiliers post-confinement, place à l’incertitude

Autre explication à ce retour d’appartements sur le marché : louer son logement en meublé touristique est généralement plus rémunérateur, mais aussi beaucoup plus contraignant avec des états des lieux fréquents, une intendance importante pour nettoyer le logement ou changer les draps entre deux locataires.

Il vous reste 42.6% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: