Paris sous la menace de nouvelles restrictions dès lundi


Une terrasse de bar à Paris, le 26 septembre.

Paris et les trois départements limitrophes – les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne – seront placés lundi en « état d’alerte maximale » face à l’épidémie de Covid-19 si la situation sanitaire continue de s’y dégrader, a annoncé jeudi 1er octobre le ministre de la santé, Olivier Véran. Cela impliquerait en particulier la fermeture totale des bars, l’interdiction des soirées et des fêtes de famille, a fait savoir le ministre. Les habitants de la première région française seraient en outre incités à réduire leurs contacts sociaux de façon drastique.

Lire aussi Coronavirus : le gouvernement constate une « dégradation » de la situation à Paris et dans cinq grandes villes et envisage de nouvelles restrictions

La décision n’est pas encore totalement certaine, a précisé le ministre. Un point doit encore être effectué dimanche avec la maire de Paris, Anne Hidalgo, et les autres responsables politiques de la région. Mais la menace paraît très forte.

Les trois indicateurs retenus par le gouvernement pour définir l’état d’alerte maximale ont en effet déjà été franchis « au cours des dernières vingt-quatre heures » à Paris, selon le gouvernement. Le nombre de personnes diagnostiquées positives au cours des sept derniers jours dépasse largement les 250 pour 100 000 habitants : il se situe à 263 pour 100 000, au dernier pointage.

De même, ce taux d’incidence est désormais légèrement supérieur à 100 pour 100 000 chez les personnes âgées, les plus fragiles. Enfin, les hôpitaux commencent à être nettement sous tension, puisque, selon les départements, 30 % à 35 % des lits de réanimation sont d’ores et déjà occupés par des patients atteints du Covid-19.

La petite couronne moins touchée que Paris

Si cette aggravation observée « depuis quelques heures » devait se confirmer au cours des prochains jours, « nous n’aurions pas d’autre choix que de placer Paris et la petite couronne en alerte maximale, et ce, dès lundi », a indiqué M. Véran.

Même si les trois départements voisins de Paris sont moins touchés, le gouvernement juge indispensable de les traiter de la même façon que la capitale : « les mouvements de population entre Paris et ces départements sont tels » que l’évolution en petite couronne suit, avec un peu de retard, celle observée à Paris.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : les entreprises confrontées à la hausse des cas contacts

« Le gouvernement navigue à vue, ont immédiatement critiqué les élus Les Républicains (LR) de Paris dans un communiqué. On annonce le lundi qu’on parlera jeudi, et le jeudi qu’on reparlera dimanche ! Au final, ce sont les maires d’arrondissement et les citoyens qui bricolent comme ils peuvent. »

Il vous reste 65.34% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: