Madeleine Malonga et Romane Dicko complètent la moisson française de titres européens


Romane Dicko (en bleu) lors de son quart de finale contre la Turque Kayra Sayit lors des championnats d’Europe 2020 de Prague, le 21 novembre.

Cinq titres et deux médailles de bronze pour sept catégories : le judo féminin français pouvait difficilement faire une meilleure performance que lors des championnats d’Europe 2020, qui se sont achevés samedi 21 novembre à Prague (République tchèque). Madeleine Malonga et Romane Dicko ont étoffé, au cours de la dernière journée, le tableau de chasse de la France.

Sacrée championne d’Europe en 2018, Romane Dicko, 21 ans, a reconquis l’or en battant par ippon en finale l’Azerbaïdjanaise Iryna Kindzerska. Plus active, elle est parvenue à faire tomber puis à immobiliser son adversaire après deux minutes de combat. Elle conclut une journée parfaite, avec quatre victoires avant la fin des quatre minutes réglementaires.

De son côté, Madeleine Malonga a aussi fait preuve d’une force et d’une maîtrise écrasante pour aller remporter son deuxième titre européen après celui acquis en 2018 à Tel Aviv et son sacre de championne du monde à Tokyo, en 2019.

La Française a vécu trois combats sans difficulté samedi matin pour atteindre la finale, remportant à chaque fois son duel par ippon. Pour l’ultime combat, elle affrontait une vielle connaissance, l’Allemande Luise Malzahn, double médaillée d’argent européenne.

Madeleine Malonga (en blanc) lors de sa demi-finale contre la Kosovare Loriana Kuka lors des championnats d’Europe de Prague, le 21 novembre 2020

Plus agressive, ne laissant pas un moment de respiration à son adversaire, Madeleine Malonga a acculé l’Allemande, qui a été sanctionnée de trois pénalités par l’arbitre, synonyme de défaite par ippon après trois minutes de combat. Madeleine Malonga n’a pas été perturbée par un saignement de nez après les premiers assauts, qui a interrompu quelques minutes le duel.

La Française reprend son titre, après sa troisième place aux Jeux européens de Minsk en 2019, qui faisaient office de championnat d’Europe. Blessée à un genou, elle avait renoncé au Grand Slam de Budapest fin octobre 2019 pour se préserver en vue des championnats d’Europe.

L’équipe de France féminine était arrivée à Prague dans un contexte particulier. Malonga, ainsi que Margaux Pinot font l’objet d’une plainte pour « injures publiques » et « violence préméditée » auprès du parquet de Créteil (Val-de-Marne), déposée par Astride Gneto, leur coéquipière en club et chez les Bleues.

Lire aussi Du rififi sur les tatamis chez les Bleues

Après les titres conquis, jeudi, par Shirine Boukli, puis Clarisse Agbegnenou (- 63 kg) et Margaux Pinot (- 70 kg), vendredi, l’équipe de France réalise sa meilleure performance depuis les championnats d’Europe de 2016. Sarah-Léonie Cysique (- 57 kg), Marie-Ève Gahié (- 70 kg) et Kilian Le Blouch (- 66 kg) ont également ramené une médaille de bronze.

Lire aussi Trois médailles d’or pour les judokates françaises aux championnats d’Europe

Le Monde





Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: