L’ouragan Sally en passe de frapper le Sud-Est des Etats-Unis


Publié aujourd’hui à 02h47, mis à jour à 03h00

L’ouragan Sally devait toucher terre, dans la nuit de mardi à mercredi 16 septembre, dans le Sud-Est des Etats-Unis, menaçant plusieurs Etats de crues potentiellement mortelles, mettent en garde les services météorologiques américains.

Le président américain, Donald Trump, a invité les habitants de l’Alabama, de la Louisiane et du Mississippi à la plus grande prudence face à cet épisode climatique « extrêmement dangereux », mais qu’il a affirmé être « sous contrôle ». « Nous le surveillons de très près », a-t-il assuré.

Près d’un parking inondé, le 15 septembre à Gulf Shores, Alabama.

Inondations historiques à craindre dans l’Etat du Mississippi

Selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC) à 23 h (heure de Paris), Sally charriait des vents soufflant jusqu’à 130 km/h, ce qui en fait un ouragan de catégorie 1, sur une échelle qui en compte 5. Il a légèrement faibli par rapport aux relevés précédents, mais services météorologistes et autorités continuaient d’appeler la population à se préparer au pire.

Un quartier de Pascagoula, Mississippi, a été dépassé par les inondations, le 15 septembre.

« Faites des préparatifs. Sécurisez vos biens. Surveillez les bulletins météo, ayez un kit anti-ouragan de prêt et des provisions pour trois ou quatre jours », a ainsi conseillé Andrew Gilich, le maire de la ville côtière de Biloxi, dans l’Etat du Mississippi. « Des inondations historiques sont à craindre avec des crues potentiellement mortelles », a alerté de son côté le NHC. L’œil de l’ouragan se trouvait à 23 h (heure de Paris) à 135 km au sud de la ville côtière de Mobile, dans l’Etat de l’Alabama.

A Pass Christian, dans l’Etat du Mississippi, le 15 septembre.

La Nouvelle-Orléans éponge encore les dégâts de Laura

Plus à l’ouest, en Louisiane, La Nouvelle-Orléans, encore traumatisée par le passage dévastateur de l’ouragan Katrina il y a quinze ans, fait aussi partie des zones à risque. « Soyez malins et faites attention », a exhorté le gouverneur John Bel Edwards.

Près du parc de Pontchartrain, à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, le 15 septembre.

Son Etat éponge encore les dégâts de l’ouragan Laura de catégorie 4, qui, avec des pointes à près de 240 km/h, avait coûté la vie à au moins dix personnes, et quatre au Texas voisin, il y a seulement deux semaines. Laura, l’un des ouragans plus violents à avoir jamais frappé la région, avait plongé ses habitants dans des scènes de désolation désormais tristement habituelles.

Lire aussi Y a-t-il des différences entre un typhon, un cyclone ou un ouragan ?
Près de Slidell, en Louisiane, le 15 septembre.

A Lake Charles, ville connue pour ses raffineries de pétrole, principale ressource économique de la région, on trouvait arbres et lignes électriques à terre, bâtiments écroulés, toits arrachés, rues inondées ou couvertes de débris…

Entre 7 à 11 ouragans prévus

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient ainsi une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5. Paulette, René, Teddy et Vicky : avec l’ouragan Sally, pas moins de cinq tempêtes sont actuellement au-dessus du bassin atlantique, un record depuis 1971.

Il y a tellement eu de tempêtes tropicales dans l’Atlantique cette année que l’ONU, qui les baptise, est en passe de se trouver à court de prénoms, pour la deuxième fois seulement de l’histoire.

Sur un parking inondé à Pensacola Beach, en Floride, le 15 septembre.

« Nous devons agir pour le climat. Maintenant », a exhorté Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle de novembre. Lundi, l’ancien vice-président de Barack Obama a accusé son rival Donald Trump d’être un « pyromane du climat », parce qu’il nie selon lui la réalité du changement climatique.

Lire aussi Mitch, Katrina, Ernesto : comment on baptise les tempêtes tropicales

Les services météorologiques américains avaient prédit que la saison des ouragans dans l’Atlantique, qui dure du 1er juin au 30 novembre, devrait être extrêmement « active », avec entre 7 à 11 ouragans.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: