L’ex-espion juif américain Jonathan Pollard libre de quitter les Etats-Unis


En juillet 2016, Jonathan Pollard (à gauche) et son avocat quittent la cour fédérale de New York.

L’ancien espion juif américain Jonathan Pollard, au cœur d’un bras de fer entre Washington et Israël, a fini de purger sa peine vendredi 20 novembre et est désormais libre de quitter les Etats-Unis, selon le ministère américain de la justice.

Cet ancien analyste de la marine américaine avait été arrêté en 1985 pour espionnage au profit de l’Etat hébreu. L’affaire avait suscité une crise aiguë entre les deux pays, qui s’était résorbée après la promesse d’Israël de mettre un terme à toutes ses activités d’espionnage sur le sol américain.

Après 30 ans en prison, Jonathan Pollard avait été libéré sur parole en 2015, avec obligation de porter un bracelet électronique et de respecter un couvre-feu, et interdiction de quitter le territoire américain.

Héros national en Israël

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’espion israélien Jonathan Pollard libéré après trente ans de détention

« A ce jour, il a purgé cinq ans de liberté conditionnelle », a souligné dans un communiqué la Commission des probations, une agence du ministère de la justice. Après un examen de son dossier, elle a « jugé que rien n’indiquait qu’il risquait de violer la loi et (…) a ordonné de lever les conditions imposées à sa libération ».

M. Pollard, qui a désormais 66 ans, a régulièrement exprimé son souhait d’aller s’installer en Israël, dont il a obtenu la nationalité et où il est vu comme un héros national par une partie de la population.

« Nous sommes ravis que notre client soit enfin libéré de toute restriction, et nous espérons le voir bientôt en Israël », ont commenté dans un communiqué ses avocats, Eliot Lauer et Jacques Semmelman. Il est, selon eux, « heureux d’être enfin capable d’aider son épouse », qui lutte contre un cancer.

Bras de fer de plus de quarante ans

Son dossier a fait l’objet d’un bras de fer entre Washington et Israël. Le gouvernement israélien a assuré avoir régulièrement demandé depuis 2015 qu’il puisse rejoindre Israël, sans succès jusque-là.

Lire aussi Jonathan Pollard, « traître » pour les Américains, « martyr » pour Israël

De hauts responsables du Pentagone ou de la CIA n’ont jamais pardonné à l’espion la masse d’informations classées secret-défense livrées contre de l’argent, et en pleine guerre froide, à l’allié stratégique israélien des Etats-Unis.

Il aurait aidé Israël à bombarder en 1985 le quartier général de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), alors exilée en Tunisie, et à assassiner le numéro deux de l’OLP, Abou Jihad, à Tunis en 1988.

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: