« Les palmes » sur France Culture, un délicieux quiproquo académique et aquatique


François Pérache, auteur de la fiction audio « Les Palmes » sur France Culture.

FRANCE CULTURE – SAMEDI 17 OCTOBRE – 21 H 00 – FICTION

A l’entendre, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il est décidément très doué, tout en se demandant combien de personnages peuplent ses nuits… C’est que François Pérache, après avoir failli être ingénieur (il a fait ses classes à Centrale), travaillé pour Matignon et l’Elysée, est devenu comédien puis auteur. Déjà auteur d’une pièce de théâtre, – Vacarme(s), il travaille à l’écriture de la deuxième – et de fictions radiophoniques, toutes excellentes, que ce soit De guerre en fils (Arte Radio), La Veste ou Jeanne revient (les deux sur France Inter) ; ou encore 57, rue de Varenne, diffusée sur France Culture. C’est d’ailleurs cette station qui lui a commandé le texte de la fiction aujourd’hui mise en ligne : Les Palmes. C’est peu de dire que celle-ci est drôle et incroyablement bien vue.

Lire aussi « 57, rue de Varenne » de François Pérache : le feuilleton radio d’un ancien de Matignon et de l’Elysée

Alors que la rentrée des classes approche, le chef d’un établissement dit « sensible », un brin orgueilleux et vaguement lâche, s’apprête à se voir remettre les palmes académiques après avoir, des années durant, caressé le recteur dans le sens du poil. Au téléphone avec son mari, il a alors le malheur de crier un fort dramatique « Non, pas les palmes ! » ce qui fait croire à sa secrétaire qu’il s’apprête à refuser la décoration tant convoitée, alors qu’en fait il ne s’agit que de palmes de… nageur.

Comédie satirique

Ce quiproquo est l’occasion de voir défiler une galerie de personnages (professeurs, parents d’élèves, syndiqués) et d’entendre des dialogues savoureux, parfois drôlement tragiques. Comme cette scène d’ouverture, aussi désopilante que désespérante : le recteur, abusant de son pouvoir, donne une humiliante leçon de sémantique, refusant que l’on dise « porte » quand il souhaiterait entendre « interface d’entrée/sortie ». Ou celle, glaçante, avec le gardien, condamné pour attouchement sur mineurs mais muté dans ce collège parce que les prisons affichent complet (« Ma force, c’est que je connais bien les enfants. »)

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pop culture, jazz, féminisme et scandale d’Etat : six podcasts pour la rentrée

Cette comédie satirique autour du monde de l’éducation, mise en jeu par seize comédiens (autant de femmes que d’hommes) affiche pour références Le Suicidé de Nicolaï Erdman ou encore Le Revizor de Gogol. Sous-titrée « farce tragique en milieu scolaire fermé », cette fiction dans laquelle l’absurde s’invite est diablement réussie. Reportée pour cause de confinement et d’école à la maison, elle n’en est même que plus savoureuse aujourd’hui.

Les Palmes, de François Pérache, réalisé par Cédric Aussir (60 min), diffusé dans le cadre de « L’Atelier fiction ».

www.franceculture.fr



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: