les ARS et Pôle emploi tentent de pallier la pénurie de personnel dans les Ehpad


Une résidente reçoit des soins à l’Ehpad Vilanova de Corbas (Rhône), le 1er septembre.

« Nous avons besoin de renfort », a lancé Olivier Véran, le 27 septembre, appelant les soignants à venir combler les « postes ouverts, les postes financés, qui ne sont pas pourvus » dans les maisons de retraite. La pénurie chronique de personnels devient de plus en plus critique avec le rebond de l’épidémie de Covid-19. Le ministère des solidarités et de la santé cherche de nouveaux « leviers » pour pallier les manques d’effectifs. « Le recrutement de 20 000 personnes dès 2021 permettrait de soulager les effectifs sous-tensions et très éprouvés par la première vague du printemps mais aussi d’améliorer l’accompagnement des résidents », estime Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France.

« La première vague de l’épidémie a laissé des séquelles psychologiques et somatiques. Les équipes vivent un stress post-traumatique », explique Pascal Meyvaert, vice-président de la Fédération française des associations de médecins coordonnateurs en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendarntes (Ehpad).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « On est naufragés, si la deuxième vague arrive, elle va être dangereuse » : dans les Ehpad, la crainte du retour du Covid-19

Le mauvais moral des personnels se traduit par des arrêts de travail, des congés maladie, voire des démissions : « C’est inquiétant, reconnaît Romain Gizolme, directeur de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (ADPA). On a des salariés qui commencent à nous dire qu’il va falloir faire sans eux si une seconde vague épidémique arrive. » « Le sujet qui nous mobilise le plus est celui du renfort en ressources humaines », confirme Pierre Ricordeau, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie.

Volontaires peu nombreux

La situation est aussi tendue en raison des possibilités de renfort moindres qu’au printemps. Les nombreuses déprogrammations d’actes médicaux dans les hôpitaux avaient alors permis que des soignants disponibles viennent prêter main-forte aux Ehpad. Cette fois, les volontaires sont peu nombreux. Les bénévoles ne se manifestent guère.

Le besoin de recrutements est d’autant plus grand que les campagnes de tests de dépistage du Covid-19, les précautions d’hygiène liées au virus et les visites sur rendez-vous des familles sont chronophages dans les Ehpad. « Une dizaine de visites par jour impliquent que les équipes consacrent une heure cumulée pour prendre la température des familles, leur faire remplir la charte de bonne conduite, désinfecter les locaux après leur départ », calcule Gaëlle Guillerme, directrice d’un Ehpad appartenant au groupe Korian au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne). Une charge supplémentaire pour le personnel, sans qu’il soit « possible de recruter », dit-elle.

Il vous reste 48.5% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: