« Le système politique issu de la Ve République est en ruine »


Emmanuel Macron et le premier ministre, Jean Castex, lors du défilé militaire du 14 juillet 2020 sur la place de la Concorde à Paris.

La Ve République nous a apporté la stabilité gouvernementale. Nous serions fous de vouloir y renoncer. Le prix payé pour cette stabilité n’a cependant cessé de croître.

Le Parlement tend à être réduit à une fonction d’approbation. Toute critique irrite. Le Sénat, libre et indépendant, inspire à l’exécutif plus de méfiance que de reconnaissance. Le lien des élus nationaux avec les territoires a été distendu. Les forces de gouvernement, gagnées par l’usure, ont été « challengées » par un nouveau parti que n’épargne aucun des travers des anciens, arbre sans racines ni fruits. L’opposition est éclatée en mille morceaux. Le président s’est enfermé dans un face-à-face avec les extrêmes, comme si, entre eux et lui, il n’y avait plus rien. Et c’est ce « rien » qui hypothèque l’avenir.

Ce n’est plus la stabilité du gouvernement qui est en cause, mais la vitalité de la démocratie. Fondé sur la bipolarisation, mère de l’alternance, le système politique issu de la Ve République est en ruine. Seul subsiste le cadre institutionnel, qu’il faut rééquilibrer.

La réponse par la verticalité relève du contresens. Quand l’exécutif se fait jupitérien, les vertus du dialogue social et la quête d’un compromis national sont d’emblée récusées.

Au moindre grain de sable, ce ne sont plus le Parlement, les territoires ou les partenaires sociaux qui se dressent face au pouvoir, c’est la rue. La crainte qu’elle inspire est le plus sûr chemin vers l’immobilisme. L’indifférence que le président de la République, chargé de « veiller au respect de la Constitution », manifeste à l’égard des autres pouvoirs l’isole, compromet la réussite de son mandat et renforce les ennemis de la démocratie.

Scandale républicain

Cette indifférence méconnaît les exigences d’une République moderne dans une société de liberté ouverte au débat. En témoigne le projet avorté de révision constitutionnelle, dont le Parlement était la cible, comme si la France pâtissait encore d’un excès de parlementarisme, alors que c’est de l’hypertrophie de l’exécutif que nous souffrons.

Avec la convention citoyenne, le suffrage universel, fondement de la démocratie, a été supplanté par le tirage au sort. Un échantillon de 150 personnes, par nature, ne peut être représentatif. Ce curieux aréopage s’est pourtant vu attribuer des pouvoirs exorbitants, le chef de l’Etat s’étant engagé à reprendre « sans filtre » ses propositions. Réplique moderne des comités de salut public, les conventions citoyennes retournent contre la légitimité du suffrage universel une idéologie populiste forgée contre la monarchie de droit divin. On s’étonne que ce scandale républicain n’ait pas été dénoncé avec plus de vigueur et qu’il fasse de nouveau école pour la stratégie vaccinale.

Il vous reste 57.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: