Le PSG gagne une triste dernière finale de la Coupe de la Ligue


Les joueurs du PSG fêtent leur victoire en finale de la Coupe de la Ligue contre Lyon, le 31 juillet au Stade de France.

Sans fleur ni couronne et presque dans la plus stricte intimité. Ce vendredi 31 juillet, le football français a dit adieu à la Coupe de la Ligue. Pour ses (nombreux) détracteurs, l’épilogue aura ressemblé à l’existence de cette petite sœur mal aimée de la Coupe de France : inutile. Vingt-cinq ans après avoir inauguré le palmarès contre Bastia, le Paris-Saint-Germain a éteint la lumière derrière lui avec une neuvième victoire, laissant les Lyonnais dans le noir et probablement sans Coupe d’Europe pour la saison prochaine.

Lire aussi Finale de la Coupe de la Ligue : le PSG s’impose face à l’OL aux tirs au but

Comme Strasbourg en 2019, les Parisiens s’imposent aux tirs au but après un finale aphone (0-0, 6 tab à 5). Mais la comparaison s’arrête là. Le titre des Alsaciens avait au moins pour lui la fraîcheur du vainqueur et cette ambiance de finale vestige d’un monde d’avant, quand il n’était pas encore question de distanciation sociale et de jauge maximum de 5 000 personnes. Question ambiance, la différence avec un huis clos n’a encore pas sauté aux tympans.

En manque d’encouragements et à court de forme physique après presque quatre mois sans matchs, les acteurs de cette finale ont quelques bonnes excuses à avancer pour justifier le spectacle poussif offert. Les jambes sont encore lourdes et les têtes un peu ailleurs, surtout du côté parisien à treize jours de son quart de finale de Ligue des champions contre l’Atalanta Bergame.

Tuchel énervé par les critiques

Ainsi va la vie de ce PSG dont les victoires hexagonales (trophée des champions, championnat, Coupe de France et de la Ligue cette saison) sont tenues pour acquises et toujours analysées en fonction des manques en vue des échéances européennes. Alors quand un journaliste fait remarquer à Thomas Tuchel que son équipe n’a inscrit qu’un but sur ses deux derniers matchs (contre Saint-Etienne en Coupe de France 1-0), l’entraîneur allemand se fâche : « Vous trouvez toujours un point négatif. Il y a 99 % de points positifs mais voilà, on cherche le 100 %, on doit trouver le problème ! Il n’y a pas de problème, on a gagné. »

Mais dans la perspective du rendez-vous contre l’Atalanta, son PSG a bien quelques problèmes à régler. Il manque à cette équipe des latéraux qui débordent, de liant dans son jeu et de vitesse en l’absence de Kylian Mbappé, venu soulever le trophée sans ses béquilles. En l’absence du Français, Thomas Tuchel était revenu à un 4-4-3 plus sécuritaire. Dans ce milieu renforcé, Marco Verratti a été la seule étincelle de la soirée. Neymar a, lui, manqué de peu d’ouvrir le score d’une frappe enroulée à la 8minute, avant de s’épuiser à animer une attaque où Mauro Icardi a donné l’impression de compter les 3 500 spectateurs présents à Saint-Denis.

Il vous reste 44.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: