Le journaliste et producteur de radio Claude Carrière est mort


Le journaliste et producteur de radio Claude Carrière.

Quelques jours après Jean-Claude Carrière, c’est un presque homonyme qui disparaît à son tour, le journaliste et homme de radio Claude Carrière, qui fut, de 1975 à 2008, sur France Musique, l’une des voix du jazz parmi les plus respectées et écoutées. Un seigneur, lui aussi : de la classe, de la faconde, une culture inépuisable.

Il fut, avec son confrère et ami d’enfance Jean Delmas, l’animateur d’une émission légendaire de la chaîne, « Jazz Club » (1982-2008). C’était le vendredi soir, en direct d’un club de jazz parisien, à l’heure où tintent les glaçons et où la fumée de cigarette, encore autorisée, brouillait les yeux. Un ton de confidence, une voix sensuelle, câline même, au sein de ce duo complice.

Arnaud Merlin, producteur à France Musique : « On sentait, derrière le poste, la proximité avec les musiciens, le goût musical infaillible, l’humour qui n’avait pas l’air d’y toucher… »

Jean Delmas nous a confié : « On était très différents mais, en matière de musique, on réagissait identiquement aux mêmes choses… On n’écrivait rien, notre duo fonctionnait naturellement… » Arnaud Merlin, ami et collègue de Claude Carrière à France Musique, se souvient : « C’étaient les seuls à se tutoyer à la radio et l’on sentait, derrière le poste, la proximité avec les musiciens, le goût musical infaillible, l’humour qui n’avait pas l’air d’y toucher… »

En 2008, Claude Carrière est remercié de France Musique – ainsi que Jean Delmas, Philippe Carles et Alain Gerber. « Le directeur d’alors nous trouvait trop vieux… », glissera-t-il à son ami, le guitariste Frédéric Loiseau, avec qui il a enregistré, en novembre 2019, un passionnant entretien filmé où éclatent la mémoire, la connaissance et la finesse de celui qui, lui-même pianiste, fut l’intime de beaucoup de musiciens de jazz de première importance.

Ce départ forcé avait accentué chez Carrière une mélancolie élégamment cachée derrière une façade débonnaire, partageuse de bons moments et de bonnes tables. Victime depuis quelques années de problèmes cardiaques, il aura fini par succomber à un nouveau malaise survenu à Paris, samedi 20 février, à l’hôpital Tenon. Il avait 81 ans.

« Entre modernité et tradition »

Né à Rodez (Aveyron), le 14 mars 1939, « dans la même rue que Pierre Soulages », ainsi qu’il aimait à le préciser, Claude Carrière a exercé divers métiers non musicaux : « Il a été quelque temps instituteur, représentant en machines à écrire puis a intégré les services d’architecture de la Ville de Paris », se souvient Jean Delmas. Grâce à l’agent et producteur Charles Delaunay, il entre à la revue Jazz Hot, dont il devient l’un des piliers. Ce qui, selon son confrère Franck Bergerot, lui vaut de présenter dès 1975 l’émission quotidienne de la mi-journée, « Jazz Classique », sur France Musique.

Il vous reste 37.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: