la pandémie de Covid-19 a un fort impact sur la santé mentale


Aujourd'hui agé de 18 ans, « Amir » était un

Anxiété, dépression, troubles du sommeil, mais aussi tentatives de suicide, stress post-traumatique… En France comme ailleurs, les indices des effets sur la santé mentale de la pandémie de Covid-19 et du confinement s’accumulent. « Nous voulons éviter une troisième vague, qui serait une vague de la santé mentale pour les jeunes et les moins jeunes », a prévenu le ministre de la santé, Olivier Véran, le 18 novembre, lors d’une visite dans les locaux d’une plate-forme d’écoute, à Paris.

La veille, s’appuyant sur des données de Santé publique France, le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, soulignait que « la crise sanitaire du Covid-19 a révélé la vulnérabilité psychique de nombreux Français », et donnait des conseils pour « prendre soin de soi ». Le monde médical tire lui aussi la sonnette d’alarme.

En matière de santé publique, les enjeux sont colossaux. « En dehors du suicide, on meurt rarement directement d’un problème de santé mentale, mais c’est une cause de mortalité prématurée, du fait de la dégradation des habitudes de vie et de l’état de santé », souligne Enguerrand du Roscoät, responsable de l’unité santé mentale à la direction de la prévention de Santé publique France.

Les troubles mentaux représentent le premier poste de dépenses du régime général de l’Assurance-maladie par pathologie (19,3 milliards d’euros), devant les cancers et les maladies cardio-vasculaires. Au total, leur coût économique et social est évalué à 109 milliards d’euros par an.

Enquête : La santé mentale éprouvée par l’épidémie de Covid-19

Pour l’heure, c’est la forte hausse des états dépressifs qui est au-devant de la scène. Au 12 novembre, le taux est de 21 % en population générale, soit deux fois plus que fin septembre, selon CoviPrev, une enquête nationale de Santé publique France qui interroge en ligne, à intervalles rapprochés, des échantillons indépendants de 2 000 personnes de plus de 18 ans. A titre de comparaison avec la période antérieure à l’apparition du Covid, 10 % de la population a vécu un épisode dépressif dans l’année précédente (selon la dernière enquête menée en 2017).

Prescription de médicaments psychotropes en hausse

Si un adulte sur cinq serait dépressif, d’après CoviPrev qui utilise une échelle reconnue, la proportion est plus élevée encore chez les personnes déclarant une situation financière très difficile (35 %), celles avec des antécédents de troubles psychologiques (30 %), les inactifs et CSP − (respectivement 29 % et 25 %), et les jeunes (29 % chez les 18-24 ans, 25 % chez les 25-34 ans).

Il vous reste 73.22% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: