Joe Biden multiplie les reculs sous la pression de démocrates modérés


Le président démocrate, Joe Biden, lors d’une réunion virtuelle à Washington, le 3 mars.

Le Parti républicain a stigmatisé « la gauche radicale » qui imposerait son cap à l’administration de Joe Biden lors du principal rassemblement annuel des conservateurs américains, à Orlando, en Floride. Les premiers reculs opérés par le président démocrate portent cependant la marque des élus les plus modérés de son parti.

Mardi 2 mars, la Maison Blanche a ainsi annoncé le retrait de la candidate pour le poste de directrice (ministre) du budget, Neera Tanden. Ancienne conseillère de la candidate démocrate à l’élection présidentielle de 2016, Hillary Clinton, fille d’immigrants indiens, la présidente d’un cercle de réflexion de centre gauche, le Center for American Progress, a payé au prix fort la publication par le passé de messages virulents sur son compte Twitter.

Les sénateurs républicains, passifs pendant quatre ans à propos de ceux de Donald Trump, ont considéré qu’ils étaient incompatibles avec l’exercice d’une responsabilité fédérale. Un seul démocrate a partagé publiquement ce point de vue. Joe Manchin, élu de Virginie Occidentale, est considéré comme le plus à droite des démocrates du Sénat. Sa défection a suffi pour obliger la Maison Blanche à faire machine arrière compte tenu du partage de la haute assemblée en deux camps égaux de cinquante voix que seule la vice-présidente Kamala Harris, également président du Sénat, peut départager.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aux Etats-Unis, Joe Manchin, un « démocrate conservateur » pivot du Sénat

Révision à la baisse des plafonds de l’aide fédérale directe

Sous la pression de sénateurs centristes de son camp, certains élus dans des bastions républicains, Joe Biden a de même accepté, mercredi, de réviser à la baisse les plafonds à partir desquels l’aide fédérale directe prévue dans un plan de soutien massif à l’économie sur fond d’épidémie de Covid-19 ne sera plus versée. Dans la version de ce plan adoptée par la Chambre des représentants, sans une seule voix républicaine, ces plafonds ont été fixés à 100 000 dollars (82 918 euros) de revenus annuels pour une personne seule et à 200 000 dollars pour un couple. Ils seraient rabaissés respectivement à 80 000 dollars et à 160 000 dollars.

Lors de l’examen de ce projet de plan de soutien, le Sénat devrait enfin retirer la disposition permettant de porter progressivement le salaire fédéral horaire à 15 dollars, au lieu de 7,25 dollars actuellement. La disparité des niveaux de salaires minimum, par Etats ou selon les entreprises (celui du géant Amazon s’élève déjà à 15 dollars), fait que la mesure ne concernerait que 28 % des salariés. Elle bénéficierait cependant aux plus vulnérables : les femmes de minorités ethniques, hispaniques ou afro-américaines.

Il vous reste 40.55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: