Dupond-Moretti nommé garde des sceaux, Darmanin à l’intérieur, Bachelot à la culture… La composition du gouvernement Castex


Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée, annonce la composition du nouveau gouvernement à l'Élysée, lundi 6 juillet.

L’annonce se sera fait attendre. Après d’ultimes tractations, la composition du nouveau gouvernement du premier ministre, Jean Castex, pour démarrer une nouvelle étape du quinquennat, vient d’être dévoilée, lundi 6 juillet, à 19 heures, par le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler.

Lire aussi Suivez en direct les réactions après les nominations de Dupond-Moretti ou Bachelot au gouvernement

Gabriel Attal est nommé secrétaire d’Etat porte-parole du gouvernement. Il remplace ainsi Sibeth Ndiaye.

Lire aussi Famille politique, études ou précédentes fonctions : découvrez qui sont les membres du gouvernement Castex

Parmi les nouveaux ministres qui font leur entrée au gouvernement :

  • Roselyne Bachelot est nommée à la culture, en remplacement de Franck Riester ;
  • Barbara Pompili est nommée ministre de la transition écologique et solidaire, succédant à Élisabeth Borne ;
  • Eric Dupond-Moretti est nommé garde des sceaux en remplacement de Nicole Belloubet ;
  • Amélie de Montchalin est nommée ministre de la transformation et de la fonction publiques ;
  • Brigitte Klinkert est nommée ministre déléguée à l’insertion, auprès de la ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion ;
  • Brigitte Bourguignon est nommée ministre déléguée chargée de l’autonomie auprès du ministère de la santé ;
  • Agnès Pannier-Runacher est nommée ministre chargée de l’industrie auprès du ministère de l’économie, des finances et de la relance ;
  • Alain Griset est nommé ministre des petites et moyennes entreprises, auprès du ministère de l’économie, des finances et de la relance ;
  • Nadia Hai est nommée ministre déléguée chargée de la ville auprès du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales ;
  • Elisabeth Moreno est nommée ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes, à la diversité et à l’égalité des chances, déléguée auprès du premier ministre ;
  • Marc Fesneau est nommé ministre délégué aux relations avec le Parlement et à la participation citoyenne, délégué auprès du premier ministre.

Parmi les ministres déjà présents au gouvernement qui changent de portefeuille :

  • Gérald Darmanin est nommé au ministère de l’intérieur, succédant ainsi à Christophe Castaner. Auprès de lui, Marlène Schiappa est nommée ministre déléguée chargée de la citoyenneté.
Lire aussi Marlène Schiappa, de l’égalité femmes-hommes à la citoyenneté
  • Elisabeth Borne est nommée ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bilan d’Elisabeth Borne à l’écologie : la poursuite de la « politique des petits pas »
  • Franck Riester prend la responsabilité du commerce extérieur et de l’attractivité, délégué auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères ;
  • Julien Denormandie, anciennement chargé de la ville et du logement, devient ministre de l’agriculture ;
  • Sébastien Lecornu, qui était chargé des collectivités territoriales, est nommé ministre des outre-mer ;
  • Emmanuelle Wargon, anciennement secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, est nommée ministre déléguée au logement, déléguée auprès du ministère de la transition écologique ;
  • Annick Girardin, qui était ministre des outre-mer, prend la responsabilité d’un nouveau ministère, dit « de la mer » ;
  • Geneviève Darrieussecq anciennement secrétaire auprès du ministère des armées, est nommée ministre de la mémoire et des anciens combattants, auprès du même ministère ;
  • Olivier Dussopt, anciennement secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’action et des comptes publics, est nommé ministre chargé des comptes publics, délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et de la relance ;
  • Franck Riester est nommé ministre délégué au commerce extérieur et à l’attractivité auprès du ministère de l’économie et des finances.

Parmi les ministres qui ne changent pas de ministère :

  • Florence Parly reste au ministère des armées ;
  • Jean-Baptiste Djebbari conserve les transports, délégué auprès du ministère de la transition écologique ;
  • Olivier Véran conserve le ministère de la santé et des solidarités ;
  • Jean-Michel Blanquer conserve le ministère de l’éducation nationale. Auprès de lui, Roxana Maracineanu conserve le ministère des sports ;
  • Bruno Le Maire conserve le ministère de l’économie, des finances et de la relance ;
  • Jean-Yves Le Drian conserve le ministère de l’Europe et des affaires étrangères ;
  • Frédérique Vidal garde le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • Jacqueline Gourault conserve le ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement aura lieu mardi à 15 heures, a conclu le secrétaire général de l’Elysée.

Les ministres qui ont quitté le gouvernement :

  • Sibeth Ndiaye. Celle qui était jusque-là porte-parole du gouvernement a décidé de raccrocher les gants. « Elle a eu de belles propositions pour continuer dans ce gouvernement, mais elle a pris la décision d’arrêter », fait savoir son entourage au Monde, en évoquant « un choix personnel ». « Elle va revenir à la société civile », complète cette source ;
  • Muriel Pénicaud quitte le ministère du travail ;
  • Nicole Belloubet n’est pas reconduite en tant garde des sceaux, ministre de la justice ;
  • Christophe Castaner quitte le ministère de l’intérieur, où il avait remplacé Gérard Collomb après la démission de celui-ci ;
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Christophe Castaner, démis de l’intérieur
  • L’incertitude demeure quant au futur de Brune Poirson, le nom des secrétaires d’Etat n’ayant pas été annoncés ce soir. Il reste possible qu’elle poursuive sa mission au ministère de la transition écologique et solidaire, cette fois au côté de Barbara Pompili.

Vers un nouveau cap présidentiel

L’entourage du chef de l’Etat avait promis aussi « de nouveaux talents » et « des personnalités venues d’horizons différents ». Après avoir passé le week-end avec le chef de l’Etat pour élaborer sa nouvelle équipe, puis lundi un déjeuner à l’Elysée, Jean Castex s’était rendu dans l’après-midi au Sénat, à l’Assemblée et au CESE.

Aussitôt après la formation de son équipe gouvernementale, M. Castex a reçu lundi soir à Matignon les parlementaires LRM, MoDem et Agir. Dans ce nouveau casting qui comprend l’arrivée surprise de l’ex-ministre Roselyne Bachelot et de l’avocat Eric Dupont-Moretti, il a reconnu qu’il n’y avait « pas de gros changement. Mais ce n’était peut-être pas la peine, étant donné le contexte politique ». « Et puis, il y en a déjà eu un à la tête de gouvernement », a-t-il ajouté d’après plusieurs participants.

« Ce gouvernement doit être la marque de l’unité. Unité de notre famille », a insisté le locataire de Matignon, soulignant que « trois parlementaires, et non des moindres, ont rejoint l’équipe gouvernementale » : Barbara Pompili, Brigitte Bourguignon et Nadia Hai, toutes trois LRM.

« Le premier ministre est le chef de la majorité. Ce n’est pas le caporal », a-t-il lancé plus tard, sous les applaudissements. Il était régulièrement reproché à son prédécesseur Edouard Philippe – un ex-LR qui n’avait pas pris sa carte à LRM – de ne pas jouer ce rôle d’animateur de la majorité. « C’est le chef, cela lui implique des devoirs », et il doit « trouver les voies et moyens de souder la majorité », a insisté M. Castex. Il a aussi plaidé pour « que nous n’ayons qu’une boussole : l’efficacité », car « nos concitoyens attendent des résultats ».

L’ancien maire de Prades (Pyrénées-Orientales) a encore souhaité « renforcer singulièrement nos relations avec les territoires de la République ». « Revenir vers les territoires, c’est aussi un gage de l’efficacité des politiques publiques », selon lui.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Macron joue Macron pour tenter de sauver la fin de son quinquennat, à rebours des canons traditionnels »

Le nouveau cap présidentiel fixé le 14 juillet

Dimanche soir, M. Castex avait donné le ton de ses priorités, en rendant une visite surprise à des policiers de La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Il a tenu à assurer les forces de l’ordre du soutien « sans faille » du gouvernement et de son attachement « à la sécurité publique », en pleine polémique concernant les violences policières.

Ce week-end, il a aussi affirmé vouloir « a minima un nouvel agenda social » et régler « à court terme » le dossier explosif des retraites. Quant au Ségur de la santé, suspendu en fin de semaine dernière faute d’accord avec les syndicats avant le remaniement, le premier ministre souhaite le conclure « la semaine prochaine », alors qu’une enveloppe de 7 milliards d’euros est sur la table pour les salaires des soignants.

M. Macron devrait fixer le cap à cette équipe à l’occasion d’une nouvelle intervention, probablement une interview à la télévision le jour de la fête nationale du 14 juillet, renouant avec une tradition présidentielle qu’il avait supprimée. Le premier ministre, qui avait prévu sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée en milieu de semaine, devrait attendre la prise de parole présidentielle.

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: