des personnes âgées ont été écartées des hôpitaux


Les personnes âgées ont-elles été écartées de l’hôpital faute de place ? C’est l’une des questions les plus sensibles pour la commission d’enquête parlementaire sur la crise liée au Covid−19. Au cours des auditions, de nombreux témoignages l’ont suggéré mais des données inédites que Le Monde a pu consulter attestent que cela a bien été le cas dans certaines régions : au pic de la vague épidémique, les plus de 75 ans ont eu un accès limité aux services de réanimation.

Des chiffres − encore provisoires − de la direction générale de l’offre de soins (DGOS) montrent que la semaine du 30 mars au 5 avril, seuls 14 % des patients admis dans ces unités avaient plus de 75 ans, alors qu’ils étaient encore près de 25 % début mars. Ce constat change peu d’une région à l’autre, sauf en Ile-de-France, où la part des personnes âgées s’est effondrée à 6 % cette semaine-là. Une semaine plus tôt, cette proportion n’était déjà plus que de 9 % et une semaine plus tard elle n’était remontée qu’à 10 %. L’âge médian des patients hospitalisés en réanimation reflète bien cette évolution : de 66 ans, il est tombé à 63 ans au pic épidémique, et même à 60 ans en Ile-de-France.

« Pour moi, l’interprétation est assez claire : il y a eu une forme de régulation. Sans le dire, des choix ont été faits », estime Eric Ciotti, rapporteur de la commission d’enquête. « Notre système de santé, contrairement à ce qui a été dit, a été débordé », poursuit-il en rappelant qu’en « temps normal, malgré les risques, un quart des patients en réanimation sont des personnes âgées ».

« Solution de facilité »

Ces chiffres ne sont cependant pas interprétés de la même façon par tous les acteurs du système de santé. « Il y a un biais important, car les malades ne sont pas les mêmes. Nous avons un profil de patient très déformé », estime Aurélien Rousseau, directeur de l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, en rappelant qu’au début de la vague épidémique, toutes les opérations de chirurgie non urgentes ont été déprogrammées. « Habituellement, les réanimations sont en partie occupées par les patients issus de l’activité chirurgicale, dont un grand nombre de personnes âgées », avance-t-il, en rappelant que le Covid−19 avait conduit en réanimation des patients parfois très jeunes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Eric Ciotti : « Notre système de santé a bel et bien été débordé »

Jeudi 23 juillet, il a présenté aux députés des chiffres un peu différents, directement issus du système d’information pour le suivi des victimes renseigné au jour le jour par les médecins dans les situations d’urgence. « La médiane − 61 ans n’a pas bougé », assure le haut fonctionnaire, en précisant que des investigations sont en cours pour mieux connaître le profil et le parcours des personnes hospitalisées.

Il vous reste 56.9% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: