comment sont perçues les couleurs à travers le monde


Par , et

Publié aujourd’hui à 17h18


1 L’expérience

2 Des émotions universelles

« Nous ne nous attendions pas à ce que les associations exprimées entre couleurs et émotions soient si similaires sur tous les continents », reconnaît Christine Mohr, directrice de l’institut de psychologie de l’université de Lausanne (Suisse), à l’initiative de l’étude « Universal Patterns in Color-Emotion Associations Are Further Shaped by Linguistic and Geographic Proximity », publiée dans Psychological Science (8 septembre 2020). « Ces résultats corroborent ceux de l’étude américaine d’Adam et Osgoods de 1973, mais la population étudiée alors était plus réduite et moins diverse », précise Domicele Jonauskaite, qui a coordonné l’équipe internationale de 36 chercheurs multidisciplinaires (psychologues, linguistes, datascientistes…). A l’aide d’un algorithme de machine learning (« apprentissage automatique »), « les chercheurs ont établi que les différences d’émotions constatées sont d’autant plus importantes que les pays sont géographiquement éloignés et que les langues sont distantes selon des critères phylogénétiques ».

3 Face aux couleurs, des émotions plus ou moins intenses

4 Personne n’est d’accord sur le violet

La couleur violette est celle qui génère les émotions les plus contrastées dans le monde, constate la chercheuse Domicele Jonauskaite :

« Cette couleur est majoritairement associée à des émotions positives, mais c’est tout le contraire dans des pays tels que la Grèce et l’Italie. Dans d’autres lieux encore, comme en Finlande ou en Russie, le ressenti est mixte, tout à la fois positif et négatif. »

5 « Le jaune est moins drôle sans la pluie »

« Le jaune est une couleur associée à la joie, et ce partout dans le monde », explique Domicele Jonauskaite. Pour autant, les chercheurs ont découvert que le climat avait une influence sur les réponses obtenues. « Dans les pays plus froids et moins ensoleillés, l’émotion ressentie face à cette couleur est bien plus forte. »


Pour comprendre les nuances des réponses émotionnelles constatées, les chercheurs ont conduit une étude spécifique publiée dans le Journal of Environmental Psychology : « The sun is no fun without rain : Physical environments affect how we feel about yellow across 55 countries ».

Les volontaires francophones voulant participer à l’étude, qui se poursuit, peuvent le faire en ligne à l’adresse suivante : https://www2.unil.ch/onlinepsylab/UNILcouleur/main.php

Il vous reste 0% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: