brutale résurgence de l’épidémie en République d’Irlande


1er janvier 2021, Galway. A la suite des fêtes de fin d’année, la République d’Irlande fait face à une résurgence massive de l’épidémie de Covid19.

Le cas de la République d’Irlande illustre à quel point la situation sanitaire d’un pays peut se détériorer extrêmement vite dès que la vigilance baisse ou que le variant « anglais » du SARS-CoV-2 commence à circuler trop largement.

En huit jours, cet Etat européen d’environ 5 millions d’habitants a comptabilisé 50 000 nouveaux cas positifs au coronavirus (4 929 sur la seule journée de lundi 11 janvier), soit un tiers de tous ceux recensés depuis le début de la pandémie. Sur une semaine, au 10 janvier, c’est l’endroit dans le monde où le virus s’était répandu le plus vite, avec 1 323 nouveaux cas quotidiens détectés par million d’habitants, selon les calculs de l’université Johns-Hopkins.

Les hôpitaux du pays sont déjà au bord de la saturation, l’Irlande disposant d’un système de santé sous dimensionné en temps normal (2,3 lits d’hôpital pour 1 000 habitants, presque trois fois moins qu’en France). Mardi 12 janvier, 1 700 malades du Covid-19 étaient hospitalisés en Irlande, dont 158 en soins intensifs, soit davantage qu’au pic de la première vague (155 malades en soins intensifs en avril 2020).

« Personne ne veut voir davantage de malades du Covid-19. Notre grande tâche à tous est de rester à la maison et d’aider nos hôpitaux et nos maisons de repos à revenir à des niveaux plus sûrs », a prévenu mardi Paul Reid, un des dirigeants du HSE (Health Service Executive), le système de santé public irlandais, assurant la veille sur Twitter :

« J’ai toujours essayé de pondérer mes messages […] mais la situation dans nos hôpitaux est très tendue. »

Plus que trente lits disponibles en réanimation

Mardi, il ne restait plus que trente lits disponibles en ICU (Intensive Care Unit, réanimation) et treize établissements du pays déclaraient ne plus en avoir du tout de libres. Détecté fin décembre en Irlande (16 cas recensés au 29 décembre), le variant « britannique » du SARS-CoV-2, entre 50 et 70 % plus infectieux, est désormais identifié dans presque un cas positif sur deux, selon les autorités sanitaires du pays.

« Début décembre, l’Irlande allait encore très bien et faisait partie des bons élèves au niveau européen », rappelle Kingston Mills, professeur d’immunologie au Trinity College de Dublin.

Lire aussi Variant du Covid-19 : pourquoi un virus très contagieux est plus dangereux qu’un virus très létal

La raison de la brutale résurgence est « probablement liée à une combinaison de facteurs », ajoute le spécialiste. « Le variant anglais a pu contribuer à la très forte hausse des contaminations, il est désormais responsable de 44 % des nouveaux cas ». Mais il faut surtout aller chercher du côté du relâchement des règles à Nöel, estime M. Mills. « Les Irlandais sont retournés au pub, au restaurant, dans leur famille à la campagne, d’autres sont rentrés de l’étranger. Il y a eu beaucoup de mouvements, beaucoup d’interactions sociales ».

Il vous reste 46.52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: