« Blessures sportives à domicile », « douleurs aiguës » dues au télétravail… le corps à l’épreuve de la crise sanitaire


Des « cervicalgies », des « dorsalgies », des « lombalgies », mais aussi des « maux de tête » ou encore des « douleurs articulaires », la crise sanitaire qui se prolonge fait souffrir les corps.

Emmanuel Deluc, ostéopathe à Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne, a vu comme beaucoup de ses confrères les motifs de ses consultations changer depuis la fin du confinement. Son agenda est plein, comme en début d’année, mais ses patients associent plus leurs douleurs au fait de travailler à distance : « J’ai le sentiment que mes patients travaillent plus longtemps et de manière plus intense chez eux… Sauf que, si vous travaillez une journée entière assis sur un tabouret dans la cuisine, il y aura forcément plus de fatigue. Et personne n’est fait pour tenir la même posture pendant huit heures d’affilée. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le télétravail risque d’aggraver la sédentarité et ses effets »

Même constat chez Guillaume Episse, ostéopathe à Paris, qui reçoit, depuis le mois de mai, des patients « avec des douleurs plus aiguës, souvent dues à la sédentarité et au stress ».

Deux semaines après la fin du confinement – le temps de mettre en place le protocole sanitaire –, son cabinet était « rempli comme avant », mais pour des demandes différentes : des problèmes liés aux « mâchoires », des céphalées et des douleurs dans le dos. Son activité professionnelle en a été quelque peu modifiée : « Ces derniers temps, je ne fais plus trop de séances de confort. Et il me faut deux séances, là où d’habitude une me suffisait, pour réussir à bouger certaines parties du corps bloquées. Quand il y a résistance, c’est somatique, et donc lié au stress. »

Ce phénomène de « douleurs aiguës », Sylvain Royer l’a aussi observé à Rodez, dans l’Aveyron. Kinésithérapeute ostéopathe « depuis vingt ans », il n’a jamais vu autant de « cervicalgies ». « J’ai été surpris par leur intensité à la sortie du confinement, et j’en soigne encore beaucoup aujourd’hui », explique le praticien, qui se dit aussi interpellé par les « problèmes psychiques » de certains patients, les muscles des cervicales et des lombaires étant des muscles dits sensibles aux émotions.

Des personnes âgées plus sédentaires

Depuis la rentrée de septembre, de nombreux soignants s’accordent pour dire que les consultations pour des douleurs dues au télétravail se sont un peu espacées. Certains salariés sont retournés dans leur entreprise ou ont réussi à adapter leur poste de travail, à s’équiper à domicile, pour soulager leurs maux.

Il vous reste 55.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: