« Big Pharma, labos tout-puissants » : big profits, big scandales


Gilead a commercialisé son Sovaldi, rare médicament contre l’hépatite C, 84 000 dollars (70 900 euros, pour trois mois de traitement) aux Etats-Unis.

ARTE – MARDI 15 SEPTEMBRE À 20 H 50 -DOCUMENTAIRE

Novartis, Roche, Pfizer, Johnson & Johnson, Sanofi : ces cinq mastodontes de l’industrie pharmaceutique – respectivement deux suisses, deux américains et un français – sont communément surnommés « Big Pharma ». Leurs chiffres d’affaires annuels oscillent, en 2019, entre 45 milliards et 70 milliards de dollars, soit des montants supérieurs aux PIB de nombreux Etats. De quoi se sentir flotter très loin au-dessus des lois. Surtout dans le contexte, inédit, d’une pandémie, dont l’issue repose sur la mise sur le marché, par cette même industrie pharmaceutique, d’un vaccin fiable et accessible.

Lire aussi Pfizer va fusionner son activité de médicaments non brevetés avec Mylan

Ceux qui suivent l’actualité du secteur connaissent la plupart des affaires évoquées dans le documentaire Big Pharma, labos tout-puissants, réalisé par Luc Hermann et Claire Lasko. Comme celle du Daraprim, médicament contre la toxoplasmose et le paludisme, dont le prix a bondi de 5 400 % en septembre 2015, sur décision de Martin Shkreli, gestionnaire d’un fonds d’investissement spéculatif. Son cynisme désarçonne. « Si je pouvais remonter le temps, j’aurais augmenté davantage le prix », déclare-t-il lors d’une audition publique, alors qu’il est accusé de fraude.

Lire aussi Martin Shkreli, l’homme qui fait bondir le prix des médicaments, inculpé pour fraude

Dans la même veine, on découvre comment Novartis a réussi à imposer « son » Lucentis pour soigner la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), bien qu’il soit quarante fois plus cher que l’Avastin produit par son concurrent et partenaire Roche – au terme d’une démonstration un peu longuette.

Effets secondaires dangereux

Autre pathologie, autre pratique. Le Sovaldi fabriqué par Gilead, rare médicament contre l’hépatite C, a quant à lui été d’abord vendu 84 000 dollars (70 900 euros, pour trois mois de traitement) aux Etats-Unis, puis 42 000 euros en Europe, avant qu’un générique de Mylan n’obtienne l’autorisation de mise sur le marché dans les pays en développement (80 euros) grâce, entre autres, à l’arbitrage de l’ex-ministre de la santé française Marisol Touraine. Cette dernière intervient par ailleurs à propos du Kymriah (Novartis), thérapie génique prescrite chez les jeunes leucémiques et facturée 320 000 euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’incroyable inflation des prix des médicaments

Si le prix est un levier de la puissance des laboratoires, il n’est pas le seul. Ils ont également besoin de « fidéliser » leurs malades-consommateurs. L’un d’eux, Johnson & Johnson, est actuellement accusé aux Etats-Unis d’encourager une surconsommation, potentiellement addictive, à un antidouleur à base d’opioïdes. D’autres n’ont pas hésité à nier les effets secondaires dangereux de leurs produits. Ce fut le cas des laboratoires Servier avec le Mediator, retiré du marché trente ans après sa mise en vente ; ou de la Dépakine, antiépileptique de Sanofi prescrit à des femmes enceintes et responsable de troubles physiques et moteurs chez des milliers d’enfants. Parmi eux, le fils de Marine Martin, qui témoigne longuement de son combat.

Lire aussi Plus de 14 000 femmes enceintes ont été exposées à la Dépakine entre 2007 et 2014

Alors que la toute-puissance de l’industrie pharmaceutique s’affirme au fil des reportages, quelques changements semblent s’amorcer : Martin Shkreli a été condamné en mars 2018 à sept ans de prison. Dans l’affaire de la Dépakine, Sanofi a été mis en examen pour « homicides involontaires » en août 2020 ; en septembre, l’Autorité de la concurrence a infligé une amende de 445 millions d’euros à Novartis, Roche et Genentech pour pratiques abusives dans le cadre du traitement de la DMLA.

Lire aussi Dépakine : de 2 150 à 4 100 enfants victimes de malformations en France depuis cinquante ans

Big Pharma, labos tout-puissants, de Luc Hermann et Claire Lasko (Fr., 2018, 90 min). Sur Arte.tv jusqu’au 13 décembre.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: