Bercy se donne cinq ans pour rétablir les finances publiques après la crise


Churchill promettait « du sang et des larmes ». Après plus d’un an de crise sanitaire liée au Covid-19 et une récession historique, Bruno Le Maire, lui, préfère parler d’« efforts importants » et de « choix » à faire pour maîtriser la dépense publique et redresser le pays.

« Nous nous donnons cinq ans pour rétablir les finances publiques après la crise », a indiqué le ministre de l’économie, des finances et de la relance, jeudi 8 avril, en présentant le programme de stabilité, cet exercice budgétaire adressé à la Commission européenne à travers lequel la France dessine chaque année, à la mi-avril, sa trajectoire de finances publiques.

Un quinquennat, donc, pour renouer avec le « sérieux » budgétaire dont l’exécutif et la majorité avaient fait leur mantra au début du mandat d’Emmanuel Macron. De quoi donner une coloration très politique à ce programme de stabilité, à moins d’un an de l’élection présidentielle et alors que la France doit prendre, au 1er janvier, la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Bercy va ainsi envoyer d’ici à quelques jours à Bruxelles − et dès jeudi au Haut Conseil des finances publiques, l’organisme rattaché à la Cour des comptes, et chargé de donner un avis sur ces calculs − des prévisions allant jusqu’en… 2027.

Nouveaux instruments de cadrage

Que penser d’un tel horizon, à l’heure où les Français entament leur troisième confinement et où le gouvernement concentre ses efforts sur la gestion de la crise sanitaire ? « C’est un objectif ambitieux mais crédible », veut-on croire à Bercy. Tout en précisant que le programme de stabilité s’entend « à partir d’une situation où la crise sanitaire serait derrière nous à l’été 2021 ». Sans envisager donc le scénario noir d’un nouveau variant insensible aux vaccins.

Lire aussi la chronique : « La dette, nouvelle passion politique »

Dans le détail, alors que le déficit public a plongé en 2020, à 9,2 % du produit intérieur brut (PIB), et devrait encore atteindre 9 % cette année en raison du reconfinement, l’objectif affiché du programme de stabilité est de revenir sous les 3 % en 2027. C’est le niveau de déficit qui permettrait de stabiliser la dette en 2025 et de la faire baisser à partir de 2026, argue-t-on au ministère de l’économie.

Pour cela, il faudra en passer par une réduction des dépenses publiques à un rythme soutenu. Ces dernières ne progresseraient que de 0,7 % par an en moyenne en volume (hors mesures de soutien et de relance) jusqu’en 2027, soit la plus forte maîtrise des vingt dernières années. Le freinage serait tout aussi conséquent par rapport au rythme de progression du début du quinquennat, hors crise liée au Covid-19 (+ 1 % par an).

Il vous reste 57.53% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: