Anne Hidalgo et les écologistes enterrent la hache de guerre à la Mairie de Paris


Anne Hidalgo, à l’arrivée du Tour de France, à Paris, le 20 septembre 2020.

C’est la fin de trois mois de déchirements, d’invectives, d’incompréhensions entre socialistes et écologistes parisiens. Trois mois électriques au sein de la majorité rose-verte. Après cette longue crise qui a brouillé le début de son nouveau mandat, la maire socialiste, Anne Hidalgo, a trouvé un terrain d’entente avec ses principaux alliés. Un accord de principe a été annoncé jeudi 1er octobre par son premier adjoint, Emmanuel Grégoire.

Lors du conseil municipal de rentrée prévu le 6 octobre, « nous validerons les propositions de nomination qui seront présentées par le groupe écologiste », y compris celles d’Alice Coffin et Raphaëlle Rémy-Leleu, les deux élues féministes devenues les bêtes noires de certains socialistes, a-t-il promis. C’est exactement ce que demandaient les Verts depuis juillet, et qu’Anne Hidalgo refusait jusqu’à présent.

Au centre de l’affaire, une conseillère de 42 ans, ancienne journaliste du quotidien 20 minutes, élue pour la première fois en juin : Alice Coffin. La femme qui a mis le feu aux poudres à la Mairie de Paris. La féministe écologiste qui, en réclamant publiquement la démission de l’adjoint à la culture Christophe Girard, et en l’obtenant, a suscité la colère durable d’Anne Hidalgo.

Lire aussi L’ancien adjoint à la maire de Paris Christophe Girard dénonce un « montage politique pour affaiblir » Anne Hidalgo

La tension avait atteint son sommet lors du dernier conseil de Paris, le 24 juillet. Ce jour-là, le préfet de police Didier Lallement rend un hommage surprise à Christophe Girard. Il vante la « grande leçon de dignité » qu’a donnée celui-ci la veille, en abandonnant son poste d’adjoint juste après une manifestation contre sa nomination à laquelle participaient Alice Coffin et Raphaëlle Rémy-Leleu.

Nombre d’élus, Anne Hidalgo la première, se lèvent alors pour applaudir l’ex-adjoint. Pas les deux femmes. Ovationner un homme accusé de complaisance avec l’écrivain pédophile Gabriel Matzneff ? Impossible pour ces féministes radicales. « La honte ! La honte ! », hurle Alice Coffin en boucle, reprenant les mots de l’actrice Adèle Haenel lorsqu’un César avait été attribué à Roman Polanski, accusé de viol. En réplique, la nouvelle élue reçoit une volée de bois vert, y compris des socialistes, ses alliés en principe. « Tais-toi ! », dit l’un. « Il faut l’interner ! », ajoute un maire d’arrondissement PS. Les micros sont brutalement coupés.

« Clore cette mauvaise séquence »

Durant l’été, socialistes et écologistes ont tenté de recoller les morceaux. Des deux côtés, les élus jugeaient nécessaire de « clore cette mauvaise séquence » pour éviter de nouveaux heurts en public et se concentrer sur les dossiers clés du moment. A commencer par la lutte contre l’épidémie de Covid-19, les nouvelles restrictions à venir, et les mesures à prendre contre le choc social qui s’annonce.

Il vous reste 64.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: