A Paris, un campement de mineurs étrangers pour alerter l’Aide sociale à l’enfance


Un campement abritant une centaine d’adolescents s’est installé dans le 11e arrondissement de Paris, square Jules Ferry, le 29 juin.

« Ceci n’est pas une colonie de vacances. » A l’entrée du square Jules-Ferry, dans le 11e arrondissement de Paris, des écriteaux ont été fixés aux rambardes. Ils invitent le passant à ne pas se méprendre. Les nombreuses tentes qui ont été installées ici dans la nuit du lundi 29 juin au mardi 30 juin n’ont rien d’une invitation au voyage. A l’intérieur, entre 60 et 70 mineurs isolés étrangers ont pris leurs quartiers. Epaulés par cinq associations, dont Médecins sans frontières (MSF), Utopia 56, le Comede (Comité pour la santé des exilés), ils veulent rendre visible leur situation.

Les tentes ont été montées à la nuit tombée, en quelques minutes à peine, et alignées sur deux rangées qui se font face. Quand un équipage de police se rend sur les lieux, le campement est déjà installé. « Il n’y aura pas d’évacuation ce soir », convient rapidement une fonctionnaire de la Préfecture de police alors qu’elle s’entretient avec Corinne Torre, chef de mission France à MSF. Pour cette dernière, l’opération vise à obtenir des conseils départementaux « le respect des droits fondamentaux de ces jeunes ».

Lire aussi Mineurs isolés étrangers en France : l’Unicef attaque un décret gouvernemental

Ce sont des garçons, âgés de 15, 16 ou 17 ans et ils viennent, pour la plupart, d’Afrique de l’Ouest. Leur situation devrait leur permettre d’être pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance, compétence des départements. Mais parce que leur minorité d’âge n’a pas été reconnue, ils se retrouvent à la rue. « Tous ont pourtant fait un recours devant le juge des enfants [pour faire reconnaître leur minorité], souligne Mme Torre. Il y a des gamins de Paris, des Hauts-de-Seine, des Yvelines… »

Plusieurs mois passés « à dormir dans le métro »

Boubacar est de ceux-là. Ce Guinéen de 16 ans est arrivé en France quelques jours avant le début du confinement. En attendant de pouvoir faire évaluer son âge, il a d’abord été hébergé dans un hôtel. Sa minorité n’a finalement pas été reconnue par le conseil départemental du Val-de-Marne. Il a beau avoir fait un recours devant le juge pour enfants et attendre d’être convoqué, il se retrouve à la rue depuis presque un mois.

« Je dors parfois [place de la] République, parfois [place de la] Nation. Ça dépend, dit-il. La journée, je marche dans les parcs, je regarde les gens qui jouent au ballon… Parfois je vais à [la station de métro] Couronnes parce qu’il y a une distribution de repas le midi. Le soir, il m’arrive de ne pas manger. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les élus s’inquiètent du manque de moyens face à l’afflux de mineurs étrangers

Koureissi Mamary a 16 ans lui aussi. Originaire du Mali, il est en France depuis janvier et a fait également un recours devant le juge des enfants. Après une période de plusieurs mois passés « à dormir dans le métro » et « à changer d’endroit à chaque fois que la police nous chasse », il a finalement été pris en charge par MSF qui, depuis le 17 mars, lui payait une chambre d’hôtel.

Il vous reste 45.72% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: