« A Paris, Rachida Dati nous a ressuscité la droite »


Rachida Dati, dans le 14e arrondissement de Paris, le 12 juin 2020.

Il n’est pas midi, mais Taïeb Chahed veut déjà sortir le champagne. Et pas une petite bouteille : un magnum. Il est heureux que Rachida Dati passe dans sa cave, ce mercredi matin. En campagne pour la Mairie de Paris, la candidate Les Républicains (LR) est venue visiter le « tunnel des artisans », dernier vestige du quartier du vin à Bercy (12e arrondissement). Taïeb Chahed en est le doyen. A la tête d’une petite société de négoce, il travaille sous les voûtes de pierre depuis 1997.

Mais pour combien de temps encore ? Si la ZAC Bercy-Charenton voit le jour selon les plans initiaux, avec ses six immenses tours, les artisans installés, comme lui, juste en dessous craignent de devoir plier bagage. Les trois tunnels ne pourront pas supporter le poids des constructions.

Autant dire que depuis que Rachida Dati a pris fait et cause contre la « bétonisation » de Bercy-Charenton, Taïeb Chahed la soutient dur comme fer. Dans son antre, la candidate joue sur du velours. « Et la maire d’arrondissement [socialiste], vous l’avez vue ? », demande-t-elle. « Ne m’en parlez pas ! », répond le négociant. « Et la maire de Paris ? » Verdict immédiat : « C’est pire que tout ! »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections municipales 2020 : à Paris, la campagne vire au duel Hidalgo-Dati

Rachida Dati s’approche de son interlocuteur et pose la main sur son bras, en dépit des gestes-barrières. « Vous voyez, être maire, ce n’est pas rester dans son bureau de l’hôtel de ville, c’est écouter les gens, généralise-t-elle. Dans ce projet Bercy-Charenton, tout est aberrant. Avec nous, ça va changer. » Taïeb Chahed propose à nouveau d’ouvrir une bouteille. « Le 28 juin ! », au soir du second tour, promet l’ex-ministre en s’éclipsant.

Elle a déjà gagné son pari

Le champagne, Rachida Dati pourrait, à vrai dire, le déboucher sans attendre. Elle a déjà gagné son pari. Certes, il paraît peu probable qu’elle soit élue maire de Paris fin juin, faute de rassembler toute l’opposition. « Je voudrais bien qu’elle l’emporte, mais je n’y crois pas, Hidalgo va repasser », regrette Christiane Huché, une fidèle militante « depuis le général de Gaulle », qui accompagne Mme Dati ce matin-là dans le quartier.

Avec 44 % des intentions de vote au second tour, selon un sondage IFOP-Fiducial pour le JDD et Sud-Radio, la maire sortante et ses alliés écologistes mènent largement la course. Les listes Dati, créditées de 33 % des intentions de vote, ne semblent pas en mesure de gagner de nouveaux arrondissements. Le 5e et le 9e risquent même de basculer à gauche.

Il vous reste 71.55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

%d bloggers like this: